Etape 2/19 Rugen Peenemunde Leba Sopot Gdansk


Fait partie de notre voyage desination Russie mai-juillet 2009

Abum photos Etape précédente Etape suivante Liens sur les 19 étapes
090519 Rugen Peenemunde Leba Sopot Gdansk

Diaporama >

12.05 Lohme – Sellin

Une jolie route nous fait avancer les quelques Km au programme de ce jour. Nous nous arrêtons à Prora, la maison la plus longue du monde construite par Hitler dans le cadre du programme KdF, Kraft durch Freude.

Cette construction de 4,5 Km n’a jamais été occupée par les vacanciers méritants du troisième Reich et actuellement ce sont encore 2,5 KM de construction qui sont en très bon état et partiellement en voie de rénovation, car la station huppée de Binz n’est qu’à 4 KM.

A Sellin nous partons pour un tour en vélo. Cependant il est à conseiller de rester sur les routes balisées surtout si l’on est en petites chaussures de ville. La suite de la promenade est au bord de la Baltique où tout est magnifiquement arrangé et les dernières traces des constructions communistes sont en voie d’être effacées. Cette nuit est glaciale et vive les duvets de Nördlingen.

 

13.05 Sellin et île de Rügen

35 Km de vélo. Toute l’île est un gros tas de sable et le vélo hors piste plutôt pénible avec un vélo de ville. En plus ce n’est pas vraiment plat.

Nous montons voir le château et visitons ensuite Binz. C’est comme au Touquet, magnifique. Nous voulons rentrer avec le train à vapeur « Rasender Roland» mais nous le ratons de peu et nous nous restaurons avec une bonne tranche de gâteau avant d’entamer les 11 Km pour rentrer au camping car.

 

14.05 Sellin – Karlshagen

Il n’y a rien à signaler sur la route, sauf un très fort vent. Cette ambiance tempétueuse se retrouve à l’intérieur du camping car. C’est tellement électrique que même l’appareil de photo entre en grève. Nous arrivons dans un camping avec machines à laver et c’est donc lessive sur fond de mer déchaînée et ciel bleu.

15.05 Karlshagen (Usedom)

C’est en vélo que nous pédalons en direction de Peenemünde. Visite de la base V1 et V2 le tout sur l’emplacement de l’ancienne centrale électrique. Puis nous explorons un navire lance-fusées et un sous-marin lance fusées lui aussi, le U 461 de 100 m et 4000 tonnes.

16.05 Karlshagen – Kolobzerg

Passage de la frontière sans problème à Swinemünde grâce au traité de Schengen et au ferry de l’Union Européenne, mais sous pluie battante. Rien à signaler, sauf environ 2 KM de marché côté polonais envahi par les Allemands. Arrivés à Kolobzerg nous nous installons dans un parking attenant au port de plaisance. C’est rustique, mais bien placé. C’est donc sous la pluie que nous visitons la promenade de Kolobzerg, mais le vent nous fait rentrer et nous regardons à la télé le Grand Prix Eurovision de la Chanson qui se déroule cette année à Moscou. Un show incroyable de technicité fournie par les Allemands. Gagnant : Norvège à l’unanimité de tous les pays Européens.

17.05 Kolobzerg – Leba

Le soleil est à nouveau de la partie. Nous avançons sur de bonnes routes secondaires. Toutes sont bonnes, sauf le tronçon marqué en vert de la carte Michelin. Pour manger, nous avons fait un arrêt à Rowy, station balnéaire encore endormie, mais d’ici fin mai la magnifique plage sera prise d’assaut. A Leba le camping No 21 est vraiment super et de ce fait plein d’allemands. Il est vrai que leurs guides de camping ne mentionnent que les plus beaux.

18.05 Leba

Nous faisons un tour en vélo dans le village de Leba. Ici aussi c’est encore hors saison. Mais c’est aussi un moment propice pour connaître les prix du pays. Donc le prix de l’entrecôte est d’environ CHF 9.--, mais il n’y en a pas toujours à cette période. L’après-midi nous allons voir l’attraction de Leba. A 17Km se trouvent les immenses dunes du Parc National Słowiński qui se déplacent en enfouissant tout ce qui se trouve sur leur chemin.

Même un village a déjà disparu. Ce soir nous voulons voir la TV, mais impossible de régler la nouvelle antenne. Après une heure passée dans le frais et une petite bruine nous abandonnons au grand dam des voisins spectateurs.

19.05 Leba – Sopot

Le soleil est revenu. Nous approchons de Gdansk par de jolies routes secondaires. Les quelques KM « d’autoroute » obligatoires sont interminables car jalonnés de feux rouges. A Sopot nous nous arrêtons au camping No 18 près de la gare. L’après-midi nous visitons la petite ville huppée et nous mangeons des gaufres garnies de crème, de chocolat et de cerises, achetées sur la place en bas de la rue commerçante vers les bancs publics (au cas où !). Autant vous dire que ce sont les meilleures que nous avons mangées durant tout le voyage. Puis nous nous promenons en vélo pour admirer le bord de mer et les parcs et jardins jalonnés de places de sport. Et une fois de plus, il y a une foule immense. Le soir nous sommes contents d’être en camping-car. Il y a du brouillard, il fait froid et une fois de plus il pleut pendant la nuit. A côté de nous il y a des campeurs sous tente et sans chauffage ! Nous avons également rencontré un couple de Français qui font le même tour que nous en Russie mais fin mai déjà.

20.05 Gdansk

Nous prenons le train sous le soleil pour Gdansk. Quelques visites d’églises plus tard nous prenons le bateau pour la Westerplatte d’où ont été tirés les premiers coups de feu de la 2ème guerre mondiale. Pour y aller le bateau longe les chantiers navals. C’est tellement grand que nous n'en apercevons qu’une petite partie depuis le canal. Nous rentons par le même bateau car le monument est très isolé et difficile d’accès. A Gdansk nous débarquons près de la Porte Verte et son passage nous livre un plaisir des yeux unique. Ici toutes les façades ont été reconstruites à l’identique comme avant les guerres. C’est à peine croyable ce que les habitants ont fourni comme effort pour ce résultat grandiose. Nous trouvons une terrasse avec 4 chaises de libre où l’on nous sert un café et les dernières tranches de pizza car ici aussi il y a foule. Pour terminer notre visite nous passons encore au marché couvert. Pendant ce temps un orage venu de nul part gronde. En sortant du train à Sopot nous avons eu le temps de changer deux fois de climat et c’est à partir de ce moment là que nous avons cessé de consulter la météo pendant le reste du voyage. Car à Sopot il fait grand beau et nous prenons l’apéro au soleil comme il se doit.


Etape suivante  >>