2007 1/3 Toscane insolite et mer Ligurienne


Etape 1/3 vers destination les Cinque terre et la Toscane insolite



<<<Etape précédente     Etape suivante>>>  

Album Picasa

Diaporama
070929 Italie Toscane 1 Carrare et Les Cinque Terre

18ème EURORADUNO

 

Organisation et texte de Doris GIULIANI

 

CARRARE

Carrare est situé aux pieds du versant tyrrhénien des Alpes Apuanes. L’histoire de Carrare est liée à la réalisation avec son marbre de monuments merveilleux, tels que des églises et des sculptures construites tout au long de l’histoire et partout dans le monde.

Les grands Maîtres comme Michel-Ange, Donatello, Jacopo délia Quercia venaient ici pour choisir les marbres qu’ils dégrossissaient et polissaient afin les façonner et leur insuffler une vie immortelle.

 

Carrare fut d’abord habité par les Ligures, une population d’origine celte, puis par les Romains. Au Ier siècle, elle se mit à exploiter les carrières de marbre qui par la suite, sous le règne de l’empereur Tibère, devinrent patrimoine de la maison des Augustes.

Sont encore visibles d’importants vestiges archéologiques relatifs à l’excavation romaine du marbre apuan. La localisation et l’étude de ces carrières ont permis de reconstruire les techniques d’extraction, l’organisation du travail en carrière et le transport en étage utilisé par les Romains. Les qualités du marbre « blanc » furent sans nul doute les plus reconnues et les plus appréciées à l’époque romaine.

Bien qu’aujourd’hui nombre de bassins (carrières) ne soient plus utilisés, certains sont encore actifs. En effet, Carrare est considéré comme le principal centre mondial pour le travail et le commerce du marbre. Le chef-d’œuvre le plus important que l’on peut y admirer est le dôme romain de style gothique entièrement bâti à partir du marbre local.

 

LES CINQUE TERRE

Au fil des siècles l’homme, avec peine et constance, a bâti sur des reliefs hostiles un paysage unique au monde pour sa hardiesse et son harmonie : les Cinq Terres, nom donné aux cinq bourgs perchés sur la côte découpée de la Riviera du Levante, à savoir Monterosso, Vernazza, Corniglia, Manarola et Riomaggiore.

 

Grâce à la culture en terrasses, leurs habitants sont parvenus à vaincre l’âpreté de la terre en réalisant des bandes étroites de terres cultivables surplombant la mer et soutenues par une infinité de murs et murets. Une étude de naturalistes met en lumière un fait plutôt étonnant, à savoir que les paysans des Cinq Terres auraient accompli un travail de titan en érigeant et restaurant ces célèbres murets pendant des millénaires, puisqu’ils ont su construire une muraille d’une hauteur de deux mètres parcourant onze mille kilomètres. Un ouvrage comparable à celui de l’actuelle muraille de Chine.

Peut-être est-ce le travail tenace que les paysans abattent depuis des centaines d’années, ou encore l’air salé par les embruns les jours de tempête, qui contribuent à la douceur de son raisin et à la saveur toute particulières de ses olives et de ses citrons. Aujourd’hui encore, il n’est pas très aisé d’atteindre les cinq bourgs, sinon en train, car les routes sont tortueuses.

 

Mais les difficultés d’accès sont encore, de nos jours, la plus sûre garantie pour préserver un paysage unique au monde.

Monterosso est le bourg le plus grand des Cinq Terres et se situe au cœur d’un petit golfe naturel. Il a subit les incursions des Sarrasins. En témoignage de son passé le château ceint de rempart, est hérissé de trois tours rondes dont l’une, la tour Aurore, surplombe la mer.

Vernazza se caractérise par des escaliers raides dits « arpaie » qui relient entre elles les ruelles de la petite localité.

Corniglia est équidistant des autres pays des Cinque Terre. Il s’en différencie parce que c’est le seul qui ne donne pas sur la mer, mais qui soit perché sur la cime d’un promontoire d’environ cent mètres de haut, il est entouré de terrasses plantées de vignobles. Les origines de ce bourg remontent à l’époque romaine ; il doit d’ailleurs son nom à « Gens Cornelia », probablement une famille propriétaire de la région. Lors des fouilles de Pompéi, on retrouva des amphores de vin où figurait le nom de Cornelia.

Corniglia est aussi connu pour une noble citation mentionnée dans un vers du Décaméron de Giovanni Boccace et plus exactement dans le récit rapportant les mésaventures de l’abbé de Cluny fait prisonnier par Ghino de Tacco et souffrant de maux d’estomac. Le prélat, soigné par son geôlier, se voyait administrer un médicament consistant en « deux tranches de pain bien grillées servies sur un napperon blanc et accompagnées d’un bon verre de Vernaccia de Corniglia. »

 

Manarola regorge de maisons génoises construites en hauteur et délicieusement colorées qui se pressent les unes contre les autres le long de la grand rue. Manarola naît du déplacement de populations qui quittèrent le Val de Vera et le site romain de Volastra pour se diriger vers la mer afin d’en exploiter les ressources. Son nom dérive probablement du latin Manium arula, qui signifie «petit temple dédié aux Mani» (divinités romaines).

Manarola est relié à Riomaggiore par la célèbre Via dell’amore (Route de l’amour), une délicieuse promenade d’environ quinze minutes où il est obligatoire, pour les amoureux, de s’arrêter plusieurs fois pour s’embrasser.

 

Le cœur de la vieille ville de Riomaggiore remonte au XIII siècle et puise dans la vallée du torrent Rio Maggiore, l’ancien Rivus Major. L’agglomération se compose de maison-tours génoises qui longent le torrent.

Tous les ans, à Noël, la colline dominant le bourg de Riomaggiore brille de tous ses éclats grâce à une très jolie crèche lumineuse, dont les personnages, réalisés par l’artisan Mario Andreoli, cheminot à la retraite, sont constitués par des milliers et des milliers de lumières montées sur des mannequins qui confèrent à cette représentation un charme unique au monde.

Riomaggiore fut le premier bourg italien à être doté d’une installation de télévision reliée à une seule parabole appartenant à la Mairie qui, pour sauvegarder l’esthétique du paysage, a interdit le recours à toute antenne sur les toits. Vive Monsieur le Maire !!

Sur les terrasses est cultivé le célèbre vin Sciacchetrà.

 

Depuis 1997 les Cinq Terres, ainsi que Portovenere, les îles Palmaria, Tino et Tinetto font partie du patrimoine de l’Unesco. Enl999 a vu la fondation du Parc National des Cinq Terres.