2008 2/5 Toscane et Lac Trasimène


Etape 2/5 vers destination le coeur de l'Italie (Toscane - Ombrie - Latium - Emilie-Romagne)


<<<Etape précédente      Etape suivante>>>  

Album Picasa

Diaporama
080912 Toscane et lac Trasimène

LAC TRASIMENE,

1er lieu de rassemblement de l’Euroraduno. Et voilà le lac. Il a perdu un mètre de hauteur d’eau cette année, car cela fait trois mois qu’il ne pleut pas et le lac n’a plus d’alimentation en eau naturelle. Comme il ne fait normalement que 6 m. de profond il doit bien avoir perdu 30% de sa capacité. Les abords sont un peu désolants, les arbres ont soif et perdent déjà toutes leurs feuilles. Mais qu’importe, une belle brise souffle, nous avons un peu d’ombre, la vie est belle, ou presque. Car le camping est essentiellement occupé par des Hollandais. A côté de nous deux jeunes gens se sont étalés sur 3 places et nous demandent pourquoi, nous petits Suisses, nous nous permettons d’envahir « leur » coin de camping. Nous, les Suisses, on ne se laisse pas faire et une guerre est évitée de justesse et le avisons que de toutes façons une centaine de Ccars vont les entourer sous peu. Dimanche, de plus en plus de camping-car arrivent et les Hollandais n’insistent pas et partent poursuivre leurs vacances sous d’autres cieux. Le camping est super, la piscine ouverte, pas de moustiques, mais des nuages d’éphémères rendant romantiques les soirées éclairées à la lumière des bougies.

 

08.09 – 14.09 EURORADUNO – Lac Trasimène 

Les organisateurs ‘’organisent’’, les participants arrivent et les conducteurs essaient de se garer entre les arbres qui sont bien pour l’ombre, mais pour manœuvrer des engins de près de 7m. ne s’avèrent pas très pratiques. Comme nous sommes déjà installés, nous faisons un peu de sport sur la piste cyclable qui longe le lac. De retour, avant la grosse chaleur de l’après-midi, nous saluons les nouveaux arrivants, blablabla, un peu de piscine, re blablabla, l’apéro de bienvenu, c’est Doris, l’organisatrice pour la 19ème fois, et âme de la concentre qui cause.

 

Il fait frais, 19 degrés et nous allons nous coucher pour rattraper un peu de sommeil en retard. Le lendemain est une journée libre. Tout autour de nous on joue au Rummikub. Jeu vite appris par les 4 Suisses et un tournoi s’organise : 4 Français, 4 Belges et 4 Suisses. Vainqueur au grand dam des spécialistes, Vera, une novice avec 30 min. de formation et Suissesse avec beaucoup de chance. Les Chtis’ Suisse offrent l’apéro, et une habitude s’installe. Sauf que les apéritifs deviendront au fil des jours de plus en plus copieux (à suivre).

 

Mercredi 10.09 débutent les excursions. Il y a passablement de têtes connues dans le bus. Le premier arrêt est à l’abbatiale de

 

MONTE OLIVETO.

Il fait chaud et le chemin descend tel un plan incliné. L’abatiale est superbe, l’endroit respire la paix, notre guide compétente et vers midi nous « remontons » aux cars. C’est le baptême du feu solaire. Heureusement, le car est bien climatisé et bientôt nous sommes à :

 

PIENZA

Pas de temps à perdre. Il faut visiter la cathédrale dont les heures d’ouverture prévoient une longue pause pour la sieste. C’est vrai, elle est unique. Alors c’est comme dans la chanson : entre les deux mon cœur balance, et en attendant ça penche. Nous entrons et la guide mène tout le groupe de 50 personnes à l’extrémité du cœur afin de nous faire admirer les lampes qui pendent de travers du plafond. En effet la nef construite sur un rocher et le cœur sur du sable au bord d’un précipice et …s’affaisse. Nous, on admire et pensons secrètement que ce ne serait vraiment pas de chance si cela s’écroulait maintenant. Après le casse-croute et visite du Palazzo Piccolomini par Roland le bus nous conduit à :

 

MONTEPULCIANO

C’est plutôt petit comme bourg pour un vin aussi réputé. Après la dégustation dans la cave choisie par la guide, les 4 Suisses partent à la découverte d’autres caves, trouvons finalement chaussure à notre pied et re-dégustation et hips ou houps, retrouvons nos sièges bienvenus dans le car. Le lendemain nous irons à :

 

ARREZZO

C’est la ville du film La Vita e Bella et c’est jour de marché. Après la visite du cœur historique la guide nous lâche pour le repas de midi. Nous nous promenons dans un vrai grand marché italien. Roland n’ayant plus de montre, la sienne étant en panne de pile, nous en achetons une en plastique très façon Rolex pour 8 Euros, équipée même d’un jeu de lumières fluos sur pression d’un bouton. Le vendeur se fâche quand nous lui demandons si elle pourrait tenir les 3 prochaines semaines. Equipés de neuf nous ne ratons donc pas le rendez-vous avec les bus pour aller à

 

CORTONA

C’est à nouveau sur le sommet d’une colline. Un escalier mécanique relie le parking au village. C’est super touristique et notre nouveau guide est très savant, mais un peu timide face à 50 personnes. Bref, on ne l’entend pas. Alors Roland et moi décidons d’aller visiter le musée étrusque. C’est une collection d’objets absolument fabuleuse et une présentation très moderne et didactique.

Le Lendemain, Vendredi 12.09. est un jour de repos. Il fait chaud et lourd. Maryse, notre amie camping-cariste de l’Est, nous prépare des Picci. Une sorte de gros spaghetti qui doit cuire près de 45 minutes. C’est très bon et cela vous cale la faim pour au moins 24 heures. Pendant ce temps nos amis Belges nous offrent un fabuleux apéritif et c’est dans la bonne humeur que nous attendons le déluge annoncé par la météo. Le soir, Doris, organisatrice de l’Euroraduno, a commandé un orchestre de 7 musiciens et malgré la pluie la danse fait de nombreux adeptes. C’est vraiment la fin du beau temps. Les jours suivants les visites se font par pluie battante à diluvienne.

 

ASSISE

C’est vraiment unique, Sainte Claire, Saint François y ont élu domicile. D’ailleurs ils se sont connus, vivant et œuvrant dans les mêmes années. L’église de Sainte Claire est la plus proche du terminus des autocars la plus propice donc pour la foule de se refugier au sec. La dernière fois où nous avons été dans une telle cohue, c’était à Berlin un 31.12. à minuit sous la porte de Brandebourg. Puis la basilique de Saint François. Elle est à nouveau ouverte au public et malgré le tremblement de terre et sa rénovation magnifique. A midi nous mangeons au resto et goutons un dessert italien : des biscotti aux noix et aux amandes servis avec un vin doux, le vino Santo. On trempe les biscuits secs et durs dans le vin et une fois le biscuit bien imbibé, on savoure le tout avec son ristretto… délicieux. Demain deux nouvelles destinations nous attendent :

 

SAN SEPOLCRO et ANGHIERI

Bien que seulement à quelques km. en ligne totalement droite de San Sepolcro une pluie battante nous y attend. Après un tour la ravissante vielle ville médiévale sur ce pignon rocheux nous nous réfugions trempés chez le producteur de tissus Basetti. Le directeur dirige la visite et fait fonctionner pour nous ses machines du siècle passé mais indispensables pour obtenir la qualité recherchée. Cela nous rappel le temps où la Suisse avait une industrie textile réputée à travers le monde. Mais il faut avancer pour la visite historique de la maison dont toutes les pièces sont encore pratiquement meublées avec des objets laissés par l’armée Napoléonienne. Elle avait réquisitionné la fabrique pour faire toile draps et tissus d’habillement pour ses soldats en campagne. A travers un dédale d’étages, nous arrivons dans une chambre occupée une nuit par Catherine Deneuve, puis suivent le salon, le bureau aimablement désordonné et la cuisine et sa terrasse avec une magnifique vue sur la campagne et les murs d’enceinte d’Anghieri. Cette visite et son témoignage historique furent une véritable surprise.

 

Retour au lac Trasimène et fin des visites car après-demain nous déménagerons au lac de Bolsena. Ce matin le ciel est limpide et l’activité est à son comble. Nous aussi, nous nous activons car il y a encore quelques petites choses à arrimer dans le camping-car, et surtout laver une bonne machine de linge à faire. A midi, le temps se gâte. De gros nuages noirs s’accumulent sur nos têtes et peu après débute un défilé d’orages. J’avais acheté à San Sepolcro un ballon gonflé à l’hélium comme un gros soleil souriant. Il se détache de son piquet et il ne nous restera plus que la pluie.

 

<<<Etape précédente      Etape suivante>>>